jeu.

09

mars

2017

Renouveau...

encre de chine et gouache sur papier, 32 x24 cm.
encre de chine et gouache sur papier, 32 x24 cm.

En attendant de pouvoir refondre entièrement ce site, qui a été complètement vidé de son contenu par la disparition du flash, je reprends ici le journal d'atelier.

En ce moment, noir sur du noir. Je travaille à partir d'encre de chine, que je tamponne. Je me laisse inspirer par la nature qui m'entoure, ici les lotus, l'un de mes sujets de prédilection...

0 commentaires

sam.

01

mars

2014

quelques simples dessins de roses.

0 commentaires

mer.

28

août

2013

les avancées de l'été

Jardin d'Eden X, acrylique sur toile, 130 x 97 cm, travail en cours
Jardin d'Eden X, acrylique sur toile, 130 x 97 cm, travail en cours

Beaucoup passé de temps sur Jardin d'Eden X. Il me semble avoir atteint un palier, même si le bleu du lac ne me paraît pas encore juste. Je le laisse donc un peu de côté pour l'instant, et retravaille A côté des lotus II (ci-dessous). je vais commencer également une nouvelle toile, et pour cela je suis en train de faire des tris dans toutes les photographies que j'ai prises, pour trouver un nouveau sujet. Il est nécessaire pour moi de travailler sur plusieurs projets à la fois : changer de toile me "lave" le regard, me permet de prendre la distance nécessaire ; sinon, au bout d'un moment de travail, je n'y vois plus rien...

à côté des lotus II, acrylique sur toile, 100 x 100 cm, travail en cours
à côté des lotus II, acrylique sur toile, 100 x 100 cm, travail en cours
un détail
un détail
Lire la suite 2 commentaires

sam.

16

mars

2013

journal d'atelier 39

travail en cours 100 x 100 cm
travail en cours 100 x 100 cm

Se laisser le temps de respirer, de tourner autour des autres tableaux en cours, et pour cela en commencer un nouveau... Et pourquoi une toile ne me prendrait-elle pas un an, ou même deux, à peindre ?

Lire la suite 2 commentaires

dim.

03

mars

2013

patience

A gauche, la dernière version de chaque toile.

D'infimes variations... Jusqu'où me mèneront-elles ?

Lire la suite 0 commentaires

mar.

01

janv.

2013

faire le point...

Lire la suite 1 commentaires

lun.

31

déc.

2012

journal d'atelier 38

Obalk, dans une émission, essaie de démontrer qu'Hopper peignait mal. On en pense ce qu'on veut. Mais c'est vrai que, même s'il y a une véritable émotion à regarder certaines de ses toiles,  les visages restent des caricatures. On peut d'ailleurs penser que ça ne  gênait pas le peintre, parce que mettant en lumière sa misanthropie, ou  un profond désaveu de ses contemporains ...Et on comprend pourquoi aussi dans l'exposition du Grand Palais, le tableau qui contient ce Pierrot mélancolique est considéré comme une étape-clef de son œuvre.
Mais du coup, tout-à-l'heure, j'ai repris les têtes des enfants dans la toile, et j'ai ressenti l'espèce de désespoir habituel à l'acte de peindre, qui consiste, en tout cas pour moi, à ne jamais parvenir à ce que je veux, chaque coup de pinceau étant un échec renouvelé. Bizarrement, ce désespoir-là n'en est pas moins pour moi une des formes du bonheur...
détail Jardin d'Eden VIII, travail en cours
détail Jardin d'Eden VIII, travail en cours
Jardin D'Eden VIII, travail en cours
Jardin D'Eden VIII, travail en cours
Lire la suite 2 commentaires

sam.

31

mars

2012

journal d'atelier 37

travail en cours, acrylique sur toile, 130 x 89 cm.
travail en cours, acrylique sur toile, 130 x 89 cm.

J'ai fini Lotus sacrés P, au moins provisoirement. Je reprends le thème des intervalles, mais cette fois-ci, je travaille plus près du réel, sans aplats. Je pars comme d'habitude d'une photographie.

Lire la suite 0 commentaires

sam.

10

mars

2012

journal d'atelier 36

travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
0 commentaires

dim.

04

mars

2012

journal d'atelier 35

Etape du jour...

lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm
lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm
travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
Lire la suite 0 commentaires

mar.

28

févr.

2012

journal d'atelier 34

détail de Lotus sacrés O
détail de Lotus sacrés O

J'utilise une nouvelle technique : je peins dans le frais, c'est-à-dire que je mélange directement sur la toile les couleurs, avant que cela sèche, ce qui permet de fondre un aplat dans l'autre. Cela me donne une impression intéressante, celle de pouvoir sculpter la matière... Pour l'instant, j'ai repris le lotus du premier plan, dont je n'étais pas satisfaite sur la petite toile carrée (détail ci-dessus). Cependant, le résultat me pose problème encore, car les couleurs me semblent trop blanchies. Je la laisse reposer -ou plutôt je laisse mon cerveau prendre du recul- et commence pendant ce temps une nouvelle toile avec ce même principe.

travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
travail en cours, lotus sacrés P, acrylique sur toile, 120 x 60 cm
Lire la suite 0 commentaires

ven.

24

févr.

2012

journal d'atelier 33

lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm
lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm

L'étape du jour...

Lire la suite 0 commentaires

jeu.

23

févr.

2012

journal d'atelier 32

lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm
lotus sacrés o, travail en cours, acrylique sur toile, 65 x 65 cm

Que ma peinture a changé ! Il y a deux ou trois ans, je pouvais mettre un quart d'heure à faire une toile, même si la contrepartie en était que je jetais beaucoup, car le geste devait être juste du premier coup. J'ai déjà passé six à sept heures sur celle-ci, et elle est loin d'être achevée. Evidemment, ce n'est pas le temps qui me pose problème, mais de savoir si ce genre de représentation apporte quelque chose. Ce qui m'intéresse, c'est d'atteindre des couleurs vraies, si cela existe, contrairement par exemple à ce que je reprochais à Hockney. La couleur se situe exactement à la frontière entre mon intériorité et le monde, puisqu'en fait elle n'est que la résultante d'ondes lumineuses sur mon système visuel propre (hum, j'espère ne pas formuler ici trop d'approximations scientifiques...). Bref, une fois de plus je suis dans le doute. mais j'ai décidé d'aller au bout de cette aventure, même si elle se solde par une poubelle pleine à la fin !

 

des photos de lotus

Lire la suite 2 commentaires

sam.

18

févr.

2012

journal d'atelier 31

lotus sacrés, gouache sur toile, 65 x 65 cm
lotus sacrés, gouache sur toile, 65 x 65 cm

Mon amie peintre Valérie Courtault, que j'ai convertie au thème des lotus sacrés, fait des gouaches superbes. Par émulation, je décide d'employer le même médium, que j'utilise d'habitude sur papier, cette fois-ci en plus grand format, sur toile : les couleurs ont, je trouve, un velouté et une luminosité incomparables. Je fais quelques recherches sur internet, car j'ai tout de même un doute sur la souplesse du support. Je me lance ... et découvre lorsque je veux poursuivre ma toile que la peinture s'est craquelée...La matière et la technique se rappellent ainsi à moi : la peinture est aussi un artisanat, je le sais bien et je l'aime pour ça. Je ponce la toile et la repeins à l'acrylique. Si je veux faire des gouaches sur toile, il faudra que je maroufle du papier...

les craquelures
les craquelures
Lire la suite 0 commentaires

dim.

08

janv.

2012

Réflexion sur l'histoire de l'art

L'autre jour, je suis allée visiter avec une amie l'exposition Baselitz sculpteur au Musée d'art moderne de la ville de Paris. On y voit des sortes de grands totems très frustes, représentant des personnages, taillés avec des outils rudimentaires (scie, hache) la plupart du temps dans un seul bloc de bois, et souvent tachés de couleurs primaires. S'en dégage une violence certaine. Je me dis alors qu'elle est liée à l'histoire de l'artiste, né en 1938 en Allemagne : comment créer alors qu'on est l'enfant du nazisme  ? Voilà sans doute quel est le problème que Baselitz avait à affronter. J'en ai la confirmation un peu plus loin, quand nous tombons sur le groupe appelé Femmes de Dresde, qui fait référence à un massacre perpétré à la fin de la seconde guerre mondiale. Celui-ci me plaît davantage que le reste, d'abord sans doute parce que la peinture jaune, appliquée sur presque toute la surface, transforme moins les têtes en caricatures, ensuite parce qu'un espace se crée entre les figures, qui semblent sortir de terre à la façon des idoles de l'île de Pâques (c'est du moins comme cela que je les imagine).

Je me pose alors le problème suivant : une oeuvre fait-elle partie de l'histoire de l'art parce-qu'en tant que témoignage, elle s'inscrit dans l'Histoire, ou au contraire parce qu'elle s'en distingue par son universalité ? Je veux dire par là que lorsque je regarde les fresques de Fra Angelico dans le couvent San Marco à Florence, je suis saisie par leur beauté pure, et à ce moment-là, je n'ai nul besoin de savoir à quelle époque il appartient, même si ensuite je peux me délecter davantage encore, à partir du souvenir de cette expérience esthétique, dans la réflexion historique.

La suite de l'exposition montre des peintures, comme toujours monumentales et renversées, représentant des visages d'hommes faits à partir de gros points noirs. Je me pose alors une nouvelle question : est-ce que l'image qui m'est proposée aurait le moindre impact sur moi si elle était d'une autre taille, et à l'endroit ?

Enfin, dans la dernière salle se dressent des sculptures d'un seul tenant, encore plus énormes, et tout-à-coup j'ai la vision des arbres qu'il a fallu abattre pour obtenir ces pièces de bois, et j'en suis toute navrée... ce qui, j'en conviens parfaitement, est une remarque complètement hors de propos.


interview vidéo de Baselitz sur ses sculptures

6 commentaires

mer.

28

déc.

2011

journal d'atelier 30

travail en cours, acrylique sur toile, 130 x 89 cm
travail en cours, acrylique sur toile, 130 x 89 cm

Je commence l'une des nouvelles toiles, en représentant l'eau. Je pense que cela manque de matière, et je vais donc rajouter une couche, même si cela risque de mal finir... J'aime cet effet doré, "citation" des icônes.

Je continue mon exploration du bouquet de tulipes, avec un nouveau stylo pinceau japonais. Je ne sais pas encore si cela apporte quelque chose à mon trait, et je compare avec un dessin de la séance précédente, où j'utilisais deux feutres encre de chine de différentes grosseurs.

Le premier dessin est fait avec les anciens stylos, le second avec le nouveau.

Lire la suite 0 commentaires

mer.

21

déc.

2011

journal d'atelier 29

Quelquefois un livre, une exposition me confortent dans ma recherche. Je me demande même si ce n'est pas souvent ce que nous voulons des autres : une sorte de confirmation de soi, ce qui semble au demeurant un peu solipsiste... Mais enfin, quand il s'agit de la tremblante flamme de la création, tout ce qui peut l'alimenter est sans doute non négligeable...

Aujourd'hui, c'est Conversations avec David Hockney, de Martin Gayford, qui m'éclaire sur moi-même. Ces entretiens sont agrémentés des derniers travaux du peintre, dont le thème de prédilection en ce moment est le paysage. Le dialogue porte en particulier sur la différence de représentation entre la photographie et la peinture, et le fait que la première n'est pas plus proche de la réalité que la seconde, contrairement au sens commun.

Que ce peintre ait choisi de faire voir des arbres, selon les saisons, après tout son parcours dans le pop-art, les milieux hollywoodiens me rassure. Le seul élément qui ne me convient pas dans ses oeuvres, même si elles sont très agréables à regarder, est sa façon de trahir les couleurs en les exagérant, les simplifiant. On trouve cette même distance chez Nils Udo, que j'avais tellement apprécié, au musée de la Poste, le printemps dernier, et qui m'a fait éprouver une véritable émotion esthétique - ce qui n'est pas aussi courant qu'on pourrait le penser.  Heureusement, d'ailleurs, qu'il y a chez ces artistes des éléments qui me chiffonnent : car autrement, pourquoi prendre mon pinceau ?

Me voilà donc en train de choisir les documents sur lesquels je vais travailler, et de tendre de nouvelles toiles. Outre que cela me fait faire des économies, ce travail artisanal me permet de préparer mes fonds comme je l'entends : ainsi, après avoir enduit le tissu de coton (moins rêche que le lin) d'acrylique, je pose deux couches de gesso. Je passe sur chacune d'entre elles du papier de verre, afin d'avoir la surface la moins rugueuse possible : c'est la leçon que j'ai tirée de ma dernière toile, où chaque coup de pinceau s'est révélé d'une râpeuse austérité...

 

le site de David Hockney

 

 

Lire la suite 0 commentaires

ven.

16

déc.

2011

journal d'atelier 28

travail en cours : série de tulipe
travail en cours : série de tulipe

Un gros manque dans ce journal d'atelier : trop accaparée par les autres obligations de la vie, et sans aucun doute bloquée par la dernière grande toile dont la figuration me pose problème. Je décide de laisser mijoter mon inconscient, et pendant ce temps j'achète un bouquet de tulipes, qui me sert de modèle : une sorte de "jardin d'Eden" portatif en somme...  Je compte le dessiner et le peindre jusqu'à sa destruction complète.

Trois dessins au stylo feutre pour l'instant, dont deux ci-dessous, et cette série  d'encres de chine.

Lire la suite 4 commentaires

mar.

01

nov.

2011

journal d'atelier 27

travail en cours, quatrième étape, acrylique sur toile, 130 x 89 cm
travail en cours, quatrième étape, acrylique sur toile, 130 x 89 cm

Les blancs du gazon ont disparu. Encore quelques détails à rajouter dans les personnages, et après ce tableau vivra sa vie... Pendant qu'il s'achève, je commence deux petites toiles. L'une a un fond doré, pour aller dans le sens de ce que Lucien Dujardin a très justement nommé le caractère "sacré/ profane" de cette thématique. Bien sûr, un oxymore, comme je les aime...

l'atelier, avec les deux petites toiles
l'atelier, avec les deux petites toiles
Lire la suite 0 commentaires

jeu.

27

oct.

2011

journal d'atelier 26

Aujourd'hui, je travaille plutôt sur la photographie : il s'agit de trouver une manière de présenter la série en contrepoint des toiles. L'idée est de trouver un traitement qui donne une unité aux images, distincte de la peinture. J'explore deux pistes :  soit éclaircir les photos, pour accentuer leur caractère heureux, "édenique", soit les traiter en noir et blanc, de façon à abstraire. Pour l'instant je compte faire des montages, avec une sorte de prédelle en bas, par référence à la peinture religieuse. Tâtonnements, essais...rien n'est définitif, je n'ai pas assez de recul pour juger.

Lire la suite 0 commentaires