Quoi de neuf ? · 04 mars 2018
Avec mon appareil photographique argentique, le Holga, j'ai commencé une série en hommage à Thoreau. A consulter sur le site...
carnet de peinture · 28 décembre 2017
Il faut trouver une forme qui fasse sens. Peindre le fond en bleu marine et les vagues en blanc par en-dessus ? Réfléchir au cadre comme limite. Fabienne Verdier, Polyphonies. Au départ, la relation entre la peinture et ce travail sur les concepts m'avait laissée perplexe. Choix de sonorités proches, renouveau de la rime : arborescence / allégorie. Deux premiers termes fondateurs car soutenant/exprimant le travail même de l'artiste. Associer deux termes pourrait être une façon de faire...
09 mars 2017
En attendant de pouvoir refondre entièrement ce site, qui a été complètement vidé de son contenu par la disparition du flash, je reprends ici le journal d'atelier. En ce moment, noir sur du noir. Je travaille à partir d'encre de chine, que je tamponne. Je me laisse inspirer par la nature qui m'entoure, ici les lotus, l'un de mes sujets de prédilection...
01 mars 2014
écrire un commentaire / retour à l'accueil
28 août 2013
Beaucoup passé de temps sur Jardin d'Eden X. Il me semble avoir atteint un palier, même si le bleu du lac ne me paraît pas encore juste. Je le laisse donc un peu de côté pour l'instant, et retravaille A côté des lotus II (ci-dessous). je vais commencer également une nouvelle toile, et pour cela je suis en train de faire des tris dans toutes les photographies que j'ai prises, pour trouver un nouveau sujet. Il est nécessaire pour moi de travailler sur plusieurs projets à la fois :...
16 mars 2013
Se laisser le temps de respirer, de tourner autour des autres tableaux en cours, et pour cela en commencer un nouveau... Et pourquoi une toile ne me prendrait-elle pas un an, ou même deux, à peindre ?
03 mars 2013
A gauche, la dernière version de chaque toile. D'infimes variations... Jusqu'où me mèneront-elles ?
01 janvier 2013
pour voir les peintures finies
31 décembre 2012
Obalk, dans une émission, essaie de démontrer qu'Hopper peignait mal. On en pense ce qu'on veut. Mais c'est vrai que, même s'il y a une véritable émotion à regarder certaines de ses toiles, les visages restent des caricatures. On peut d'ailleurs penser que ça ne gênait pas le peintre, parce que mettant en lumière sa misanthropie, ou un profond désaveu de ses contemporains ...Et on comprend pourquoi aussi dans l'exposition du Grand Palais, le tableau qui contient ce Pierrot...

Afficher plus